La question du parti révolutionnaire

La question du parti révolutionnaire

“ Le communisme est un but de l’humanité que l’on atteint consciemment ” (Che Guevara).

RTF - 141.2 ko
construire un parti révolutionnaire

Les grands partis institutionnels donnent une certaine image de ce qu’est un parti politique. Ils sont constitués d’adhérents qui n’ont que peu leur mot à dire sur l’activité quotidienne du parti et ne font pas grand chose d’autre que soutenir les élus. Ils se présentent aux élections, cherchent à occuper les postes dirigeants dans les institutions en disant : votez pour moi, et on fera ce que nous vous avons promis.

Ce n’est pas un parti de ce type que nous voulons construire.

D’abord nous voulons un parti de militantEs, de membres actifEs, et non simplement d’adhérentEs.
Nous voulons construire un regroupement militant qui permet à chacunE, à égalité, de décider des grandes options du parti, des actions quotidiennes, principalement dans les lieux de travail et les quartiers. C’est par cette force collective que chaque militantE est efficace dans son activité militante, renforce sa conscience révolutionnaire. Etre militantE, c’est bien sûr payer une cotisation, être présentE dans les réunions et les discussions du parti, mais aussi militer dans son milieu pour faire progresser la conscience de classe et les luttes collectives des exploitéEs et des oppriméEs.

Lorsque nous présentons des candidatEs aux diverses élections, ce n’est pas pour dire élisez-nous, nous ferons ce que les autres n’ont pas fait, c’est pour :
-  mettre au premier plan les mesures d’un programme d’urgence, et rassembler autour de ces exigences,
-  expliquer largement les méfaits du capitalisme et des partis de droite et d’extrême droite, de la politique du PS qui s’est coulé dans l’accompagnement du libéralisme et a mis en œuvre les réformes exigées par les capitalistes, et critiquer le PC et autres partis de la gauche plurielle qui en s’adaptant au PS ont finalement favorisé sa politique.
Et lorsque nous avons des éluEs, nous cherchons à montrer par nos propositions les mesures qu’il faudrait prendre pour faire disparaître l’exploitation et les oppressions. Nous mettons en évidence le blocage des institutions bourgeoises pour empêcher les attaques décisives contre le pouvoir du capital, qui impose la mobilisation des salariéEs, des exploitéEs pour obtenir satisfaction sur ces revendications.

Enfin notre conception de la révolution, d’un changement radical de la société n’est pas que le parti révolutionnaire prenne le pouvoir au nom de la population : la révolution est un mouvement de masse, impliquant des millions de salariés, le socialisme c’est le pouvoir des travailleurs/euses, des exploitéEs eux-mêmes.

En résumant, nous ne pensons pas changer la société en accumulant des éluEs du parti révolutionnaire dans les institutions, et notre objectif n’est pas que le parti en tant que tel prenne le pouvoir dans le cours d’une révolution.
Notre but est le socialisme, pas le parti.

Alors à quoi sert un parti révolutionnaire dans ces conditions ?

Les documents :

Zip - 71.3 ko
documents
  • Doc 1 : MARX ENGELS 1847, Le manifeste du parti communiste
  • Doc 2 : LENINE 1902, Que faire ?
  • Doc 3 : ROSA LUXEMBOURG, Grève de masse, parti, syndicat
  • Doc 4 : conditions d’admission des partis dans la 3e internationale communiste
  • Doc 5 : E MANDEL, Auto organisation et parti d’avant garde dans la conception de Trotsky

Publié le 24 mars 2011